Anticipations d’inflation à long terme au 31/12/2016

L’évaluation des engagements sociaux sous la norme IAS 19 révisée nécessite la détermination de plusieurs hypothèses économiques et financières clés, parmi lesquelles le taux d’inflation anticipé à long terme.

Sur la base d’un faisceau d’indicateurs, croisant données historiques, données de marché et avis d’experts économiques, le suivi réalisé par les consultants de GALEA au 31/12/2016 fait ressortir une fourchette d’inflation anticipée à long terme comprise entre 1,60% et 1,80% pour la France, les cotations du point mort d’inflation à fin décembre 2016 se situant plutôt dans une fourchette basse.

 

1. Historique de l’inflation en France

L’étude des données historiques de l’inflation en France montre que depuis fin 2002, le taux moyen d’inflation sur 15 ans se situe en dessous de 2%, niveau qui correspond à l’objectif d’inflation à long terme défini dans le mandat de la Banque Centrale Européenne (BCE). Depuis 2010, le taux d’inflation moyen sur 15 ans s’est stabilisé entre 1,55% et 1,60%, le taux moyen à fin 2016 se situant toutefois en dessous en raison de l’inflation annuelle quasi-nulle observée sur ces deux dernières années.

 

 

 

Figure 1 – Historique de l’inflation annuelle et de l’inflation moyenne sur 15 ans en France, de 1980 à 2016

 

2. Point mort d’inflation de la France

Le niveau de l’inflation anticipée retenue dans les évaluations actuarielles peut être choisi à partir d’une analyse des obligations d’Etat indexées sur l’inflation. Une référence communément utilisée est le « point-mort d’inflation » qui correspond à la différence, pour un émetteur et une maturité donnés, entre le taux de rendement d’une obligation nominale classique (OAT pour la France, ou Obligations Assimilables au Trésor) et le taux de rendement réel d’une obligation indexée à l’inflation (OATi pour la France). Modulo les composantes de la prime de risque propres à chacun de ces types d’obligations (exemple : prime de liquidité incluse dans le taux des OATi en raison de la moindre profondeur de ces marchés comparativement aux marchés des OAT classiques), le « point-mort d’inflation » donne une approximation du niveau de l’inflation anticipée par les marchés financiers.

Le graphique ci-dessous montre qu’à fin décembre 2016, les marchés financiers anticipent une inflation annuelle moyenne voisine de 1,50 % à horizon 13 ans et de 1,20 % à horizon 7 ans, en progression par rapport aux anticipations vues à fin septembre 2016.

 

 

Figure 2 – Point mort d’inflation en France

 

3. Enquêtes et avis d’experts

En complément, il est possible de s’appuyer sur les avis d’experts au travers d’enquêtes et de publications tablant sur les perspectives macroéconomiques de la France et de la zone euro.

 

A ce titre, la dernière enquête de la Banque Centrale Européenne auprès de prévisionnistes professionnels  (appelée « EPP ») parue en octobre 2016[1] fait état d’une légère révision à la baisse des perspectives d’inflation à moyen terme en zone euro mais de prévisions stables pour le long terme à 1,80%.

Plus précisément, les résultats de prévisions de l’EPP menée pour le quatrième trimestre 2016  sont les suivants :

  • Inflation pour 2016 : 0,2% ;
  • Inflation pour 2017 : 1,2% ;
  • Inflation pour 2018 : 1,4% ;
  • Inflation pour le long terme (pour 2021) : 1,80%.

 

Les résultats de cette enquête sont corroborés par les prévisions macroéconomiques pour la France formulées dans le cadre du programme de stabilité PSTAB. Dans le dernier rapport publié le 15 avril 2016 par le Trésor pour la période 2016-2019[2], l’inflation à long terme en France à horizon 2019 est estimée à 1,75%.

[1] https://www.banque-france.fr/communique-de-presse/resultats-de-lenquete-menee-par-la-bce-aupres-des-previsionnistes

[2] http://proxy-pubminefi.diffusion.finances.gouv.fr/pub/document/18/20780.pdf

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.