L'Union Monétaire Latine

23 Décembre 1865 : Création de l’Union Monétaire Latine.

La Belgique, la Suisse, l’Italie et la France instaurent le 23 décembre 1865 une union monétaire basée sur le BIMETALLISME, c’est à dire utilisant un étalon monétaire référence à deux métaux précieux, l’Or et l’Argent. Bientôt rejoint par la Grèce en 1868, de nombreux pays adoptèrent librement le Franc de l’Union à l’exception notable du Royaume Uni.

Cette Union est le prolongement de la politique monétaire instaurée sous le 1er Empire et portée  par la Banque de France (Entreprise privée jusqu’en 1945) et participe au rayonnement du « Franc Germinal ».

Devant être un préambule à l’unification universelle des monnaies, l’Union Monétaire avait pour objectifs d’apporter la stabilité monétaire et de favoriser les échanges commerciaux par l’acceptation des monnaies de l’ensemble des partenaires.

Basée sur une idée en apparence simple, consistant à adopter une norme pour la frappe des monnaies, c’est à dire un poids et un titre uniforme définissant l’unité monétaire de référence (dans ce cadre un Franc Français ou une Lire Italienne ont la même valeur), mais aussi en définissant les unités de référence pouvant être frappées (pièce de 5 francs or par exemple).

File:FRA 100F 03R GD 1906A.JPG

Un des postulats de base du Bimétallisme repose sur la stabilité relative des métaux le composant, il se trouve que dans le cadre de l’Or et de l’Argent, ce  rapport se trouvait être d’une once d’Or pour 15,50 once d’Argent depuis presque trois siècles.

L’augmentation de la production d’Argent au Etats Unis à partir de 1873 et l’abandon de l’étalon argent (Empire Allemand en 1873) eurent pour conséquence une baisse relative du prix de l’argent avec comme corollaire l’abandon du Bimétallisme qui fut définitivement entériné en 1885.

L’année 1870 constitue un point pivot correspondant plus ou moins à la chute du Second Empire. L’affaiblissement politique et économique de la France suite à la défaite subie en 1870 ont conduit l’Union Latine à une lente agonie. L’émergence du papier monnaie conjuguée aux fortes émissions monétaires de la première guerre mondiale conduisit à une divergence entre les parités économiques des monnaies des partenaires de l’Union.

Différents subterfuges permirent de préserver l’Union jusqu’à sa dissolution effective le 1er janvier 1927. Au final, malgré l’absence d’union politique et économique entre ses partenaires, l’Union Latine favorisa l’essor des échanges commerciaux mais n’évita pas la survenue du premier conflit mondial.

Pour aller plus loin : « La fin de l’Union Monétaire Latine » par Louis – Albert DUBOIS

Cyril Barritaud

Actuaire sénior du Cabinet Galea & Associés