Risque climatique, l’exercice pilote ACPR est lancé !

La version définitive des scénarios et hypothèses de l’exercice pilote climatique de l’ACPR a été publiée le 16 juillet. Un document précise également les modalités techniques pour les assureurs. Cet exercice a pour objectif d’évaluer et mesurer l’exposition et la vulnérabilité des établissements bancaires et assurantiels au risque climatique (cf. le précédent article à ce sujet[1] pour plus de détails). Les assureurs vont projeter leur bilan économique jusqu’en 2050, par pas de 5 à 10 années, et de façon dynamique à partir de 2025, intégrant ainsi leur stratégie.

 Ces projections s’appuient sur trois scénarios :

  • Le scénario de référence – transition « ordonnée » : correspondant globalement à la Stratégie nationale bas carbone, créée par la loi LTECV[2] de 2015, en phase avec les accords de Paris, avec pour objectif d’atteindre zéro émission nette de Gaz à effet de serre (GES) d’ici 2050.
  • La variante adverse 1 – transition retardée  : constate que l’objectif de GES en 2030 n’est pas atteint, ce qui  mène à des mesures volontaristes pour revenir dans la trajectoire 2050 ; le prix du CO2 est ainsi multiplié par 50 sur les 20 années suivantes. 
  • La variante adverse 2 – transition rapide : repose sur un choc de productivité, lié à l’immaturité des technologies de production d’énergies renouvelables, et une augmentation des coûts de l’énergie. Le prix du CO2 augmente plus rapidement que dans la 1e variante adverse.

Concernant les variables économiques et financières, l’ACPR a publié des hypothèses selon des projections de plusieurs organismes : Eurosystème, NIESR[3], OCDE.

Un jeu commun d’hypothèses assurantielles est disponible pour les trois scénarios, en assurance dommage pour évaluer l’impact des catastrophes naturelles (estimation de la CCR[4] ou du NGFS[5]), en santé pour évaluer les effets observables sur les frais de santé et la mortalité (AON).

La remise des résultats par les assureurs à l’ACPR se fera au mois de décembre 2020, et comprend la rédaction d’une note méthodologique avec un plan détaillé recommandé par l’autorité de contrôle. La publication des résultats par l’ACPR se fera sous forme agrégée (et non individuelle) en avril 2021.

Les consultants de Galea accompagnent plusieurs acteurs sur les réflexions sous-jacentes au risque climatique (rédaction de rapports ESG, revue des politiques écrites, développement d’outils et modélisation du risque physique, estimation des chocs climatiques notamment dans le cadre des scénarios ORSA, formalisation des analyses et résultats).


[1] http://www.galea-associes.eu/2020/07/le-risque-climatique-des-objectifs-en-phase-avec-la-realite/

[2] Loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte

[3] National Institute of Economic and Social Research : institut britannique indépendant de recherche économique créé en 1938

[4] Caisse Centrale de Réassurance

[5] Network for Greening the Financial System : réseau fondé en décembre 2017, constitué de banques centrales et superviseurs nationaux

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.