L'efficience des marchés

Le Prix Nobel d’économie 2013 a été décerné le 14 octobre dernier à Eugene Fama, Lars Peter Hansen et Robert Shiller pour leurs travaux sur l’efficience des marchés.

fama-hansen-et-shiller-les-gagnants-du-prix

La notion d’efficience du marché est introduite par Eugene Fama à la fin des années 60. Dans son article fondateur (cf. Fama (1970)), il donne la définition suivante d’un marché efficient :

Un marché dans lequel les prix reflètent complètement, dans son évolution temporelle, l’information disponible est appelé efficient

Cette définition conduit à distinguer trois types d’efficience possible selon l’ensemble d’information considéré :

  • efficience faible (historique des prix),
  • efficience semi-forte (ensemble de l’information publique disponible), et
  • efficience forte (information privée).

Un marché peut être (ou non !) efficient vis-à-vis de chaque ensemble d’information considéré. En pratique, de nombreuses études empiriques ont testé cette hypothèse d’efficience (c’est notamment sur ce domaine que s’est illustré Hansen) et défini des stratégies pour battre le marché lorsque le marché ne l’est pas.

En effet, en cas d’efficience du marché, il n’existe pas de stratégie (fondée sur l’analyse technique) qui permette de battre le marché. Ce résultat fondamental (mais bien sûr conditionné par le fait que l’hypothèse d’efficience n’est pas rejetée par les observations) est sous-jacent au développement des théories fondées sur l’absence d’opportunité d’arbitrage (AOA). Ces dernières ont permis le développement exponentiel du marché des dérivés, à commencer par les emblématiques travaux de Black & Scholes (1973).

Au-delà de son rôle d’hypothèse fondamentale dans la finance de marché moderne, l’efficience des marchés est toujours l’objet de travaux de recherche récents. A l’image de ceux de Jarrow & Larsson (2012) qui montrent (contrairement à ce qui était communément admis précédemment) qu’il est possible de tester le caractère efficient d’un marché sans pour autant avoir besoin de spécifier un modèle d’équilibre pour représenter le prix des actifs qui s’y échangent.

Quelques références 
Fama E. (1970) Efficient capital market : a review of theory and empirical works, Journal of Finance 25, 383-417.
Jarrow R., Larsson M. (2012) The meaning of market efficiency, Mathematical Finance 22 (1), 1-30.
Walter C. (1996) Une histoire du concept d’efficience sur les marchés financiers, Annales. Histoire, Sciences Sociales 51 (4), 873-905.

Pierre Thérond

Associé, en charge de la R&D et du marché du marché des assureurs Actuaire certifié, diplômé de l’ISFA, docteur en sciences de gestion, il est Professeur associé à l’ISFA et enseigne également au CEA, à la formation expert-ERM et à l’Institut des Assurances de Lyon. Il est l’auteur de nombreux articles de recherche et d’ouvrages sur les thèmes de la mesure, de la modélisation et de la gestion des risques des assureurs. Membre du comité éditorial de l’actuariel, il préside la Commission comptable de l’Institut des Actuaires.